Des représentants de l’entreprise canadienne responsable de la fourniture d’énergie au Québec, Hydro-Québec, ont fait des déclarations annonçant qu’ils augmenteraient temporairement les tarifs d’électricité pour les mineurs de cryptomonnaies de la région.

L’entreprise a introduit une demande à la Régie de l’énergie pour appliquer un prélèvement dissuasif aux nouveaux projets miniers. Selon la demande, le nouveau tarif d’Hydro-Québec serait fixé à 0,15 cents US par kilowattheure (KWh) consommé, soit une augmentation de 200 % par rapport au tarif standard pour toutes les entreprises liées aux monnaies cryptographiques et la technologie blockchain.

Ce tarif sera applicable à tout nouveau contrat d’utilisation cryptographique appliqué aux chaînes de blocs, ainsi qu’à toute substitution d’utilisation et augmentation de puissance, c’est-à-dire que toutes les entreprises ayant un contrat existant, avec une puissance installée ou avec un projet en développement déjà confirmé continueront à bénéficier des tarifs normaux jusqu’à ce que les conditions finales soient établies.

Le Québec, un paradis pour les mineurs

Il est important de rappeler qu’il y a quelques mois, la compagnie canadienne qui monopolise l’électricité a incité les mineurs à s’installer au Québec pour tenter d’absorber l’énergie excédentaire des barrages du nord de la province, ce qui a fait de Québec une destination très attrayante pour les mineurs, mais Hydro-Québec a été inondée de demandes qui, selon elle, dépassaient sa capacité à court et à moyen terme, de sorte que les gestionnaires ont décidé de prendre cette mesure pour empêcher l’utilisation illégale et excessive des ressources énergétiques. 

Jonathan Bertrand, pionnier local en charge de D-Central Technologies, a déclaré : « Les mineurs du Québec vivent la même chose qu’en Chine. Ce n’est pas encore officiel, mais Hydro-Québec veut faire de la discrimination contre les entrepreneurs de Bitcoin avec une hausse de prix qui fait de la province le pire endroit au Canada pour établir une entreprise émergente ».

Pour leur part, les porte-parole du gouvernement indiquent que les restrictions sont prises parce que les mineurs n’ont pas contribué au développement de la région : « Il faut qu’il y ait une valeur ajoutée pour notre société ; avoir seulement des serveurs pour miner des cryptomonnaies ne produit aucune valeur réelle ou ajoutée » a déclaré un représentant de l’entreprise.

Cependant, Jonathan Cote, un autre porte-parole d’Hydro-Québec, a ajouté qu’ils ne veulent pas envoyer de mauvais message aux mineurs, mais que les demandes seront gardées pendant qu’ils résolvent les conditions du marché.

Malgré cette mesure, le Canada continue de se positionner comme l’un des meilleurs territoires pour les mineurs, car c’est l’un des pays d’Amérique du Nord où les coûts d’électricité pour le minage sont les plus bas.

 

Que pensez-vous de cette mesure d’Hydro-Québec ? Pensez-vous que le Canada suivra la même voie que la Chine pour limiter les activités minières ? Dites-nous ce que vous pensez dans la section commentaires.