Un grand nombre de mineurs de Bitcoin ont tourné les yeux sur Québec, la ville canadienne, car cette ville offre l’une des tarifs d’électricité les plus bas au monde.

D’abord, il faut comprendre pourquoi l’électricité et les tarifs du service sont très importants pour le Bitcoin. D’après le journal Le Figaro, le Bitcoin est une monnaie virtuelle qui fait partie d’un système monétaire autonome et qui n’a pas besoin de banques pour traiter les transactions ni d’une banque centrale pour créer de nouveaux bitcoins. Eh, oui. Comme vous avez lu, il n’existe pas une régulation de la banque. Dans ce sens, si on n’a pas besoin de la banque pour engendrer des monnaies, alors qui le fait ? Ce sont les bitcoiners eux-mêmes qui ont la possibilité de créer des cryptomonnaies. Ce processus-ci est connu sous le nom de « minage » et les personnes qui le font sont connus comme les « mineurs ».

Le minage de Bitcoin a besoin d’un grand investissement, car les appareils utilisés dans le processus sont des ordinateurs spécialisés (sans écran ni clavier) résolvant des problèmes mathématiques complexes servant à valider la création de cryptomonnaies, pour cette raison l’équipement a une consommation d’énergie élevée. Vu que l’entreprise gérant la distribution de l’énergie électrique de la province, Hydro-Québec, a affirmé l’existence d’un excédant d’énergie, les bitcoiners ont tourné les yeux sur Québec.

D’après l’entreprise, la région a un surplus d’énergie équivalent à 100 Terawatts par heure pendant 10 ans. Il faut savoir qu’au moins 40% des ressources en eau du pays se trouvent sur ce territoire, ce qui fait d’Hydro-Québec le quatrième plus important producteur d’énergie de ce type au monde, mais aussi l’une de moins chère de l’Amérique du Nord.

En effet, le prix moyen de l’électricité au Québec pour les particuliers s’élève à 5,82 centimes de dollars canadiens le kWh (4.56 dollars américains) et en plus l’entreprise a récemment annoncé qu’à partir du 1er avril elle introduira un taux de revitalisation industrielle et le nouveau tarif sera de 2.58 dollars américains pour une consommation minimale de 500 kWh. Enfin, des tarifs vraiment attirants pour les grands mineurs de cryptomonnaies si l’on considère que chaque unité de minage consomme environ 0.90 dollars canadiens par jour (0.70 USD) mais génère environ 600 dollars canadiens par mois (470 USD).

Mais les mineurs ne sont pas intéressés à Québec que pour profiter le bon marché, mais aussi pour les conditions météorologiques de Canada, qui est très favorable au minage. Bien sûr l’équipement spécialisé pour miner de bitcoins comprend des ventilateurs pour rafraîchir les ordinateurs, mais grâce au climat canadien les ventilateurs pourront être éteints de temps en temps. Dans ce sens, le directeur général d’Hydro-Québec, Eric Martel, a appuyé cet argument puisqu’il affirme qu’il faut juste ouvrir le garage et les fenêtres pour baisser les températures de la salle.

Les mineurs chinois, les plus intéressés

Plusieurs sociétés chinoises impliquées dans le minage de Bitcoin semblent les plus intéressées à déplacer leurs centres à minage à Québec même pour une troisième raison qui répond à la limitation établie par le gouvernement chinois qui cherche contrôler et limiter le minage ou même l’interdire.

En effet, selon une information diffusée par Radio-Canada, certains acteurs asiatiques ont contacté Hydro-Québec pour confirmer l’intérêt a la province canadienne. En outre, Eric Filion, vice-président de la clientèle chez Hydro-Québec, a constaté que, bien que le Bitcoin soit un marché assez volatile est un marché quand même qui s’est établit de plus en plus, ce qui donne l’impression d’avoir un point de vue positif à l’établissement des centres à minage à la ville de Québec.