L’UNICEF surprend encore une fois le monde des crypto-monnaies agréablement en annonçant la semaine dernière qu’ils commenceront à accepter les dons en Bitcoin et autres crypto-devises dès mardi 18 septembre.

Même pour les plus sceptiques et ceux qui sont toujours réticents à l’arrivée des crypto-monnaies, il est difficile de nier qu’elles ont commencé à jouer un rôle très important dans l’économie contemporaine. Non seulement elles sont devenues partie intégrante des systèmes de paiement et de financement traditionnels mais elles sont maintenant arrivées aux organisations à but non lucratif telles le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) en France.

UNICEF France donne un autre pas vers l’évolution technologique et offre désormais la possibilité de faire des dons en Bitcoin (BTC) et 8 autres crypto-monnaies différentes :  Bitcoin Cash (BCH), Ripple (XRP), Ether (ETH), Litecoin (LTC), DASH (DASH), Monero (XMR), EOS (EOS) et Stellar (XLM). Les personnes qui souhaitent faire un don pourront le faire avec le crypto-actif de leur préférence aux porte-monnaie numériques que l’organisation a prévus à cette effet et ils ne pourront le faire que par le biais du site officiel de l’UNICEF France.

Image prise du site web officiel de l’UNICEF

De plus, le site de l’UNICEF France offre également l’opportunité de miner les crypto-monnaies directement dans les porte-monnaies de l’organisation, sauf les monnaies Ripple, EOS et Stellar.

Le succès de l’opération Game Chaingers entraîne une nouvelle opération

Selon le site officiel de l’UNICEF France, l’opération Game Chaingers a eu un succès retentissant, ce qui a entraîné la création de ce nouveau système de donations pour aller encore plus loin et donner l’opportunité aux enthousiastes des crypto-monnaies d’aider les enfants accueillis par l’organisation.

Rappelons que l’opération Game Chaingers est une initiative lancée en février de cette année par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, qui avait pour but d’inviter les Gamers du monde entier à « prêter »  le pouvoir de leurs cartes vidéos de l’ordinateur pour le minage au réseau Ethereum, en faveur de l’institution par l’installation d’un logiciel de minage téléchargeable sur le site web de l’UNICEF.  

Cela nous permet de comprendre que la technologie de la chaîne de blocs et les crypto-monnaies frappent à la porte des différents secteurs de la société et ils ont été bien reçus. À cet égard, Sébastien Lyon, Directeur général de l’UNICEF France, a salué l’arrivée de cette nouvelle technologie et de tout ce qui représente une aide pour l’organisation : « Les crypto-monnaies et la technologie blockchain à but non lucratif offrent une nouvelle opportunité pour faire appel à la générosité du public et pour continuer à développer nos activités en faveur des enfants dans notre pays ».

Les organisations ouvrent la porte au crypto-monde

L’UNICEF n’est pas la seule organisation à parier et investir dans les nouvelles technologies. Dans le cas de SAMU Social de Paris, organisme chargé de fournir de l’hébergement et des soins médicaux  aux personnes sans-abri en France, ils ont annoncé qu’ils avaient rejoint la Maison du Bitcoin pour lancer une campagne de dons en crypto-monnaies.

D’autre part, Raising Malawi, une organisation fondée par Michael Berg et Madonna pour aider les enfants et les jeunes en situation précaire, a commencé il y a quelque temps à accepter des dons en pièces de Ripple (XRP).

Dans le cas particulier de l’UNICEF, l’organisme n’a pas seulement démontré son enthousiasme pour les monnaies cryptographiques à travers des opérations qui incluent des dons en monnaie virtuelle. Rappelons qu’en mai de cette année, l’UNICEF Australie a également annoncé le lancement d’une campagne pour accepter les dons en cryptos. En outre, il y a quelque temps, l’organisation a annoncé par l’intermédiaire du porte-parole, Christopher Fabien, co-fondateur d’UNICEF Ventures, qu’ils souhaitaient créer leur propre jeton et le promouvoir par le biais d’une Offre Initiale de Monnaies (ICO) pour promouvoir davantage sa mission humanitaire auprès des enfants des pays sous-développés.

Que pensez-vous de cette nouvelle ? Pensez-vous que d’autres organisations devraient suivre les traces de l’UNICEF France ? Partagez vos opinions avec nous.